Installation de chauffage
Quel chauffage choisir ? C’est encore l’une des questions que les particuliers et les professionnels se posent le plus souvent, confrontés à des problématiques d’économie de chauffage et d’efficacité énergétique.

A l’heure actuelle, de nombreuses solutions dites « alternatives » existent, et permettent de couvrir de multiples besoins à l’intérieur de la maison. Mais comment faire le bon choix parmi un catalogue d’équipements toujours plus importants ?

Au travers de cet article, le point est fait sur les différents modes de chauffage écologiques et économiques à adopter, selon la nature du bâtiment et les contraintes environnementales. Le détail des diverses prestations, aides et services à disposition sera également abordé en conclusion, afin de mieux faire connaître les recours possibles pour améliorer le rendement érémitique du foyer.

Système de chauffage : ce qu’il faut retenir

Il existe à l’heure actuelle un grand nombre de modes de chauffage, qui dépendent avant tout des habitudes de consommation d’un foyer. Par exemple, un chauffage central sera nécessaire pour un réseau de chauffage domestique usant de l’eau comme fluide caloporteur. Ce type d’équipement, classique au demeurant et utilisant les énergies fossiles, peut cependant être couplé avec un générateur de type Pompe à chaleur air / eau.Ceci permettant par exemple de faire fonctionner une installation de chauffage au sol. Ainsi, contrairement au chauffage électrique ou au chauffage indépendant, le chauffage central à eau chaude est compatible avec de nombreuses énergies disponibles sur le marché, y compris les énergies renouvelables : bois, mais aussi solaire thermique, géothermie, etc.
Au contraire d’une chaudière au gaz traditionnelle, la chaudière à basse température permet de réduire considérablement la consommation d’énergie dans le foyer – de l’ordre de 20% ! Bien que le fonctionnement ne diffère pas réellement d’un équipement à un autre, la chaudière basse température utilise une eau nettement moins chaude – ce qui influe sur la consommation de gaz !Concrètement, la température de chauffage passe ici de 90°C pour une chaudière traditionnelle à 50°C, avec un rendement espéré de 90% voire davantage ! Pour optimiser davantage votre consommation et obtenir ainsi un rendement de chauffage maximum, il sera recommandé de faire poser un réseau de radiateurs à chaleur douce, voire d’un plancher chauffant.
La chaudière à condensation permet elle aussi un rendement efficace, qui peut aller jusqu’à 100% voire même au-delà dans certains cas. Le principe est le même que pour une chaudière basse température : la chaleur contenue dans les vapeurs d’eau (ici dans la combustion du gaz naturel) se condense et libère de la chaleur.L’eau contenue dans le retour du circuit se réchauffe ainsi au contact de cette énergie. Ce modèle de chaudière peut ainsi être raccordé à de nombreuses installations de chauffage à eau chaude. D’après les données recueillies par l’ADEME, on estime que le fonctionnement d’une chaudière à condensation consomme 15 à 20% de combustible en moins que les modèles de chaudières standard.